A la rencontre de Natalia

Nous avons eu la chance de collaborer avec Natalia dans le cadre de la réalisation des photographies du site La Cabane Adélaïde. Au fil des rencontres, une relation sincère, authentique et profonde s’est confirmée. Les échanges et la bienveillance réciproque ont très largement contribué au résultat obtenu. Natalia est une artiste spontanée et cérébrale et nous avons souhaité, dans cet article, vous donner l’occasion de la découvrir davantage.

Natalia, comment te décrirais-tu ? quelles sont tes passions ?

Je suis une artiste, une illustratrice, peintre. J’ai une réelle passion pour le dessin.

Vois-tu un point commun, entre photo, dessin et illustration ?

Un moyen de capter l’instant. Je le fais également parfois par l’écriture. Le point commun c’est l’interprétation et la création. Une façon de mettre ce que l’on voit, ce que l’on pense ou ressent en valeur.

Séance Photos engagement Orléans Natalia Photographe Cabane Adelaide

Quelles sont les choses importantes pour toi ?

L’humour et le bonheur (dont l’amour fait partie)

Quel parcours t’a amené à la photographie ?

J’ai vécu mon enfance à Ekaterinbourg, dans les montagnes de l’Oural, en Russie. J’ai étudié les beaux-arts et l’architecture, et obtenu mon diplôme d’architecte en 2011. J’ai toujours aimé la photo et un jour, dans un livre de type développement personnel, je lis un conseil du style : « fait ce que tu veux vraiment ». Ça a été le déclic ! Alors que je réalisais un stage en architecture, j’ai « tout » quitté et je me suis lancée dans la photographie. J’ai d’abord photographié mes amis, mon entourage, tout simplement parce que c’est ce que j’avais sous la main (rires).

Je suis rapidement devenue photographe de mariage, d’abord pour mes amis. En parallèle de toutes ces expériences, j’ai été à la rencontre de photographes, participé à des workshops, et lu, beaucoup lu, sur la lumière, l’optique, et les manuels de mes appareils, toutes les pages (rires).

Tu as une anecdote en particulier ?

J’ai participé à un festival photo, alors que je n’exerçais que depuis peu de temps, pour animer un atelier sur la retouche photo. Cinquante photographes expérimentés y ont participé. C’était un challenge pour moi, mais surtout une occasion (de plus) d’apprendre. J’ai pris beaucoup de soin à préparer cet événement pour qu’il soit un succès. Apprendre à apprendre est une formule qui représente bien ma façon d’évoluer.

Qu’est-ce qui te caractérise ?

Quand une porte s’ouvre, il faut la franchir, et faire ce qu’il faut ensuite. Je pense que le talent n’existe pas, j’accorde beaucoup d’importance à la valeur « travail ». Mais je pense que ne rien faire est essentiel parfois et que la paresse est un facteur de créativité.

Quel type de photographie préfères-tu ?

J’ai d’abord photographié les personnes, et plus récemment la photographie d’objets ou encore d’aliments; cela m'a beaucoup apporté.

Comment sais-tu que tu es satisfaite d’une prise ?

Comment est-ce que je sais que je suis satisfaite ? je suis satisfaite, je le sais...Je suis satisfaite quand la photo prise est celle qui correspond à l’image que je m’étais faite, une image floue à laquelle je ne pouvais pas accéder. Je suis satisfaite quand je n’imagine pas ce que je peux faire de mieux.

As-tu une photo préférée ?

Quelles sont les qualités requises pour photographier selon toi ?

Au-delà des compétences techniques, il faut aimer ce que tu photographies. Si tu photographies les gens, il faut que tu aimes les gens. Il faut de l’empathie, savoir communiquer et plaire. Il vaut mieux que tu plaises à la personne que tu photographies, sinon ça risque de se voir (rires)…Et il faut aller au-delà des a priori et savoir s’accrocher, aimer découvrir.

Appliques-tu une méthode particulière lors des shootings ? As-tu un rituel ?

Pas vraiment, mais ça dépend de ce que je dois photographier, du temps que j’ai pour le faire. Parfois, il faut préparer des compositions d’objets, faire des assemblages et imaginer les mises en scène. Et puis quand tu arrives au moment du shooting, tu t’aperçois que l’objet est finalement plus petit ou plus grand que prévu, ou plus mat. Il faut donc être prêt à s’adapter.

 Si tu devais conclure en nous délivrant 3 conseils, quels seraient-ils ?

  • Écouter les conseils mais suivre son instinct

  • Chercher la lumière

  • De temps en temps, s’autoriser à ne rien faire

Et si tu étais à notre place, quelle question aurais-tu posée, que nous n’avons pas posé ?

J’aurais développé mon côté « responsable », ma façon de ne pas m’encombrer de choses ou d’informations non essentielles. C’est aussi une manière de me protéger.

Retrouvez Natalia sur son site web et sur son compte Instagram